lundi 23 février 2009






Bien chers tous,
ça y est, nous revoilà ! Nous espérons que vous ne vous enterrinez pas trop avec le froid qui persiste chez vous ! Si tel était le cas, nous vous avons trouvé un très bon sujet de discussion pour vos longues soirées d'hiver... alors vite, à notre clavier ! Par ailleurs, ce sera l'occasion pour un bon nombre de faire quelques révisions de cours de géographie... datant de l'école primaire !



Wallace et Weber, cela vous dit quelque chose ?
Allons, allons un petit effort !
Ce pourrait être deux hommes d'origine anglaise... - Vous y êtes presque !-
... Et lorsqu 'il s'agit de l'Indonésie, vous vous trouvez en présence de deux lignes imaginaires portant les noms des deux savants naturalistes qui les ont définies. Celles-ci s'étendent de l'Equateur jusqu'au Pôle Sud et scindent le pays en trois parties bien distinctes.
L'immense archipel indonésien (presque la surface de l'Europe, on le rappelle) est en effet une exeptionnelle zone de transition entre deux domaines faunistiques et floristiques très différents...
De l'Ouest jusques à la ligne Walace, la faune et la flore sont de caractère eurasien (éléphants, rhinocéros, lémuriens, fauves, bétail...); de L'Est jusques à la ligne Weber, la nature est de caractère australien (marsupiaux...); et entre les deux lignes, une simple zone de transition a été définie.
A noter tout de suite : Papua est la seule île d'Indonésie à posséder le caractère australien puisque elle seule, avec quelques petits îlots côtiers, se trouve séparée du reste de l'Indonésie par la ligne Weber...

☺L'indonésie d'une manière générale
L’Indonésie compte environ 2 500 espèces d’arbres et près de 5 500 espèces végétales à fleurs (et bien sûr il y en a pour tous les goûts ! Même si on peut trouver des constantes d'une île à l'autre en respectant le découpage « Walacien », chaque île détient sa spécialité : c'est à Sumatra par exemple que pousse la fameuse fleur géante Rafflesia dont le diamètre peut dépasser 60 cm et qui dégage à maturité une repoussante odeur de viande pourrie).
Presque 65 % du territoire indonésien est couvert de forêts équatoriales ou tropicales et de savanes arborées, surtout concentrées dans l’Est de l’archipel.
En altitude, une forêt d’étage montagnard peut subsister jusqu’à 3 500 m et comprend des espèces comme le chêne. C’est une forêt humide, perpétuellement plongée dans le brouillard et qui correspond au nebelwald des botanistes et des géographes.
La richesse floristique « indo-malaise » s’atténue à l’Est, Papua faisant déjà partie du monde « australien ».
La faune indo-malaise elle-aussi, est riche et bien représentée en Indonésie de l'Ouest, vous pouvez y trouver des singes, cerfs, crocodiles, rhinocéros, éléphants, ours, paons, etc. Mais certaines espèces sont particulières à chaque île. On ne trouve l’orang-outang qu’à Sumatra et à Bornéo ; le tigre et la panthère à Sumatra et Java ; le buffle sauvage à Java et Kalimantan ; le nasique à Bornéo ; on ne trouve l’éléphant, le tapir et le siamang (gibbon noir) qu’à Sumatra. et sur l’île de Komodo le fameux varan (lézard impressionnant pouvant atteindre 3 m et vrai prédateur pour l'homme !).
En direction de l'Est, à Célèbes et aux Moluques, la faune réunit à la fois des espèces asiatiques et australiennes. Papua quant à elle, est rendue célèbre par la grande variété d’oiseaux qui l'habite et lui donne une très belle touche personnelle avec sa faune australienne.
☻Puis Papua !
C’est une merveille de la nature aux décors de forêts, d’îles coralliennes bordées par des eaux turquoises, où la faune et la flore sont infiniment variées.
L'île abrite une grande variété d'écosystèmes (forêts humides, forêts montagneuses, mangroves) et rassemble une faune et une flore uniques au monde.
Les trois quarts de la superficie du pays sont couverts de forêt.
A Papua, on a recensé les deux tiers des espèces d'orchidées du monde, plus de 700 groupes d'oiseaux (dont le célèbre oiseau de paradis), 9 000 types de plantes; il y a moins de 100 espèces de mammifères (et encore on demande à voir !), 250 styles de grenouilles, 450 espèces de papillons, 200 variétés de reptiles et plus d'une centaine de différents serpents. Sans compter la multitude d'insectes non encore repertoriées...
Les fonds marins de Papua possèdent eux aussi une variété incroyable d’espèces marines; Plus de 400 coraux et plus de 900 espèces de poissons ont été recensées .Cela laisse imaginer un nombre de crustacés tout aussi impressionnant.



Une vue un peu plus personnelle de cette variété:
Nous avons eu la chance de passer à plusieurs reprises au dessus des lignes Walace et Weber, et ne pouvons que confirmer cette impressionnante richesse dont est munie l'Indonésie.
Pour vous donner une idée, nous allons vous citer tous les fruits que nous avons pu y goûter : le Sirsak (corossol), le Durian, le Nangka (Jack fruit), le Salak (zalaque), le Semangka (pastèque), le Belimbing (star fruit ou carambole), le jambu air, le Leci (lichee), le Langsat, le Longan (dragon's eyes), le Rambutan, le Jambu Biji (goyave), le Pepaya (papaye), le nanas (ananas), la canne à sucre (au naturel), les mangga (mangues), le Duku (doukou), les fruits de la passion, et bien sûr les oranges, les citrons, les pommes, les melons, les poires et les innombrables bananes, sans oublier les avocats (qu'ici les indonésiens comptent parmi les fruits) et les baies sauvages que nous avons goûtés sur les traces de nos élèves.
Il manque encore à notre culture quelques fruits non encore trouvés : le Srikaya, le Jambu mente, le Delima, le Sawo, le Manggis (Mangoustan)... Mais ce n'est pas en restant à l'école que nous pourrons y goûter, sachant qu'ici nous n'avons même pas un fruit par semaine (ce ne doit pas être dans les habitudes locales... dommage !)

Profitons de la lancée pour parler des légumes : beaucoup sont déjà connus en France, suite aux différents voyages de nos ancêtres... mais pour les plus exotiques nous citerons : l'amère Pare (bitter gourd), les Cabe (piments), les Ubi (différentes familles de raçines commestibles, proches du topinambour), le Sagou (coeur d'un certain palmier), la fleur de bananier, le Gingembre, l'incontournable Soja, sans oublier les cousins Germain et issus de Germain des Epinards qui poussent dans tous les fossés et que nous avons la « chance » de déguster presque quotidiennement...!

Nous garderons une place spéciale pour le Terung ; ce légume que les anglais traduisent comme une simple « aubergine » est en fait un véritable mariage entre l'aubergine et la courgette : il a la texture de l'aubergine mais la douceur de la courgette, c'est un vrai régal ! Dommage qu'il n'y en aie pas chez nous, pour tous les amateurs des alliances aubergine/courgette... (nous ne citerons personne !)




D'autres découvertes du côté des plantes sont tout aussi intéressantes dans le domaine médical cette fois-ci.
Vu l'étendue de la richesse végétale qui nous entoure, nous ne citerons que deux exemples appris au cours de nos petites virées de-ci, de-là...
1- Ici lorsqu'une plaie saigne abondemment, les gens ont l'habitude de l'enfermer dans un tissu, en l'ayant au préalable saupoudrée de « poils végétaux brunâtres » tirés du coeur d'une fougère arborescente... eh bien figurez-vous que, « pas fous les papous! », ces « poils » peu attirants, ne sont autres que les fibres végétales utilisées maintenant chez nous (après blanchissement en raffinerie) dans les pansements nouvelle génération en présence de souci de coagulation !!! et ce secret, les papous le détiennent depuis des lustres !
2- Lorsque vous vous promenez, vous voyez souvent des tâches rouges sur le sol ; il ne s'agit pas de sang mais de crachas... Les papous aiment « chiquer »! pas n'importe quoi : un mélange savant de noix d'Arek, de poudre de chaux et de feuille de Bethel qu'ils entreprennent de mâcher pendant des heures. Cela leur donne les dents rouges (des vraies dents de guerriers ! c'est peut-être en voyant ces dentures teintes que les anciens en ont déduit que les papoux étaient de terribles antropophages !) et ils assurent que ce mélange est un réel antiseptique local qu'ils utilisent dès l'apparition d'un mal dentaire ou gingival... libre à vous de tester !!!




Quand même des nouvelles de vos papoux !
Ne vous en faîtes pas ! Nous n'allons pas nous perdre uniquement au milieu des Ananas et des Terungs pour agrémenter vos petites soirées hivernales !
Voici donc les petites nouvelles du jour :

Les dernières créations / rubrique « art et passion » !
Gwenolé a fabriqué pour la « rumah guru » (maison des professeurs) un joli hamac qu'il a fixé sous les piliers d'entrée de la maison. Ce dernier « jouet » a déjà trouvé bon nombre de testeurs, il tient toujours (!) et offre un accueil chaleureux à tous ceux qui veulent s'y reposer... !
Pendant ce temps, Charlotte s'est faite « Reine de la Récup. » entre des vieux sacs de riz et des bouts de rafia en perdition ; munie de ses précieuses trouvailles et aidée d'Arnolda, elle s'est appliquée à faire un fanion waterproof pour les supporters de l'équipe de sport dont nous sommes les heureux participants ! Le drapeau (un peu rustique il faut le reconnaître mais unique !) a lui aussi eu son succès et surtout, son apparition un peu tardive a permis de redonner courage à l'équipe lors du dernier match de volley, au moment où tout espoir semblait perdu... l'équipe fit alors une très belle remontée mais on ne sut jamais qui fut vainqueur car l'arbitre était... parti !!! (pour sûr, la victoire était dans notre camp !).
La dernière sortie-vacances
Nous avons eu la joie de vivre dernièrement une sortie plage avec nos élèves d'SPIII ; même si le soleil n'était malheureusement pas au rendez-vous, nous avons passé une belle journée de « Valentine day » (très important chez les indonésiens : ce jour n'est pas uniquement la fête des amoureux mais celui de l'Amour partagé avec le prochain ; et nous avons pu voir des échanges de petits cadeaux entre les soeurs et les jeunes (+ voisins) de la paroisse SPIII.
Le dernier essai gustatif
ça y est l'alcool, fabrication locale n'est plus un secret pour nous ! « L'Arak » (qui porte bien son nom !) est la boisson alcoolisée de Papua. Sa couleur est la même que celle d'un Pastis mal dosé mais son goût est proche de celui du Cognac.
Vous pouvez trouver différentes qualités et d'autres noms mais l'origine en est la même : l'Arak est fabriqué à partir de la sève d'un arbre assez particulier, nommé « Enau », dont nous essayerons de vous montrer la photo prochainement.



Voili, voilou, la vie des papous !
Nous ne vous quitterons pas sans souhaiter de joyeux anniversaires à tous les natifs de ces dernières et prochaines semaines ! Tout d'abord à notre petite Charlotte que nous n'oublions pas ainsi qu'à son quasi-jumeau Cyprien : Leur parrain les embrasse tout particulièrement à l'occasion de leur premier anniversaire ! Il essayera d'être un peu moins loin pour les prochains!!!
Et aussi un très bel anniversaire pour la maman de Charlotte 1: les papous sont d'accord pour que cet anniversaire ayant lieu le mercredi des Cendres cette année, soit reporté à l'année prochaine (soit une année de moins à l'Argus !)... si tous les amis papous n'y trouvent pas d'objection, la requette est accordée !!!
Nous vous embrassons tous bien affectueusement !
@ bientôt par mails ou dans la prochaine newsletter qui sera spécialement dédicacée à tous les « enfants » et « petits enfants » des amis papous !!!

Vos papoux

1 commentaire:

FrAnolix a dit…

Par ici aussi les gens chiquent du bétel. En revanche, je suis tout de même surpris que ce soit de la chaux qu'ils mettent dedans.
Ceci dit, ce n'est pas mauvais.
Parfois ils ne crachent pas mais mangent carrément leur chique (qui de facto n'en n'est plus une !)